©2019 Jinwook Jung

Voyage Onirique au Pays des Fleurs de Pêche

14 septembre 2015  |  Jinwook Jung

»Traumbesuch«

 

2015

pour quatuor à cordes

Après m’être réveillé depuis un rêve amusant et intéressant, j’essaie constamment de me rappeler ce rêve, de comment il a commencé et terminé. Parfois, il m’arrive d’être profondément immergé dans mes pensées pendant plusieurs heures après mon réveil afin de me rappeler ce rêve. J’ai depuis découvert une oeuvre d’art de la dynastie Joseon emprunte d’une histoire similaire à ces expériences. 

La nuit du 20 Avril 1447, le prince Anpyeong fût un rêve très mystérieux. Dans ce rêve, il marchait sur un sentier, où il suivait un cortège grotesque, et il arriva finalement dans un endroit paradisiaque, rempli de belles fleurs de pêche. Du fait que ce rêve soit vraiment différent de son habitude, il l’écrit aussitôt qu’il se réveilla pour s’en rappeler. Il appela dés lors An Gyeon (le peintre attitré de la cour royale à cette époque), lui décrive son rêve, et lui demande de réaliser une peinture basée sur cette histoire. Le résultat en fût « Voyage Onirique au Pays des Fleurs de Pêche », et devint le plus grand chef d’oeuvre parmi celles de la dynastie Joseon.

 

J’ai pour ma part eu une impression différente de ce tableau par rapport aux autres oeuvres de la dynastie Joseon. Les couleurs et expressions ici sont splendides, telles qu’elles n’ont jamais apparu dans aucune autre peinture de paysage de cette dynastie. L’impression d’une atmosphère mystérieuse et irréelle sans aucune présence humaine. Cependant, la chose la plus remarquable de cet oeuvre est l’utilisation de quatre perspectives différents, distinctes mais harmonieuses. J’ai été fasciné par ce tableau, et  par l’histoire du prince Anpyeong qui m’a rappelé mon habitude a me souvenir de mes rêves. Je m’en suis donc senti très proche, et j’ai décidé de composer une pièce cette émotion dans ma propre langue. 

Les rêves sont pour la plupart vagues et incohérents. C'est pourquoi, dans cette pièce, les thèmes et les narrations sont mélangés tel un rêve dont les événements ne se mettent pas dans le bon ordre. Dans le « Voyage Onirique au Pays des Fleurs de Pêche », le peintre coréen An Gyeon, ayant vécu il y a six-cents ans, a utilisé quatre perspectives différentes dans sa représentation du territoire céleste afin d'exprimer la bizarrerie des rêves. J'ai composé cette pièce pour quatuor à cordes en harmonisant les quatre instruments telles les couleurs d'une toile d'exception, afin de faire ressortir quatre perspectives harmonieuses et distinctes à la fois. De plus, j'ai essayé d'étendre les moyens d'expression de ces perspectives grâce à une variété de tonalités, de rythmes et de formes. 

 

Au travers du langage de la musique, j'exprime mon désir de garder en mémoire un rêve mystérieux, et je n'oublie pas « Voyage Onirique au Pays des Fleurs de Pêche », l'œuvre d’un maître basée sur un rêve qui me rappelle mes propres expériences.

Jinwook Jung